Catherine Collin


coach guérisseuse

Guide Spirituelle

Développement personnel, spirituel & professionnel 

Jamais je n’aurais imaginé un jour être une entrepreneure.

Quand j’étais adolescente, la seule chose que je savais, c’est que quand je serais grande, je serais une sage. C’était loin pour moi, très loin, je me voyais à 50 ans au moins, alors que j’avais 15 ans.

Étrange, j’entendais ce truc, là, à l’intérieur de moi. J’ai toujours été très connectée comme on dit.

Aujourd’hui, à plus de 50 ans, je sais que cela était juste.

Revenons à mon histoire d’entrepreneure. Tout a commencé autour de la quarantaine alors que je cherchais un sens à ma vie. Je me sentais un peu perdue, égarée, je m’ennuyais dans ma vie et je ne me sentais pas à ma place, ni dans ma vie personnelle, ni dans ma vie professionnelle.

A l’époque, je peignais à l’huile et je donnais des cours de peinture. J’aurai pu être épanouie car j’aimais ce que je faisais mais je m’ennuyais. J’avais besoin d’exister, de me montrer, de sortir de l’anonymat, de prendre ma place. Laquelle, je n’en savais rien.

Ma 1e étape :

L’aventure a commencé le jour où j’ai demandé à un ami un lieu pour exposer mes peintures. Devinez où j’ai exposé mes peintures, dans une école de coaching.

Etrange comme début d’aventure. Et là, j’ai eu envie de me faire coacher. J’ai pris 3 séances auprès d’un coach. Je me souviens, à la 2e séance, il me dit : « Vous avez tout à fait la posture pour devenir coach. »

J’ai répondu : «Ah bon !», étonnée qu’il voit cela en moi. « Ça serait bien que vous rencontriez le directeur de l‘école. » Chose dite, chose faite.

Le directeur me demande pour quelles raisons il me prendrait dans son école. Je me souviens très bien de ma réponse, comme si c’était hier : « Pourquoi, je ne sais pas trop, je sais juste que c’est là où je dois être. »

Il m’a accepté dans la promotion. Il était un peu chaman, mais il ne me l’a pas dit tout de suite.

Il me surnommait « l’Atypique ». Imaginez le truc, la plupart des élèves étaient issus du monde de l’entreprise, sauf moi.

J’ai obtenu mon diplôme à la fin de la formation.

Ma 2e étape :

Le temps passe. Je change plusieurs fois de travail, un burnout (ça c’était pour me dire que je n’étais pas à ma place à faire ce que je faisais), un bilan de compétences.

5 ans après ma formation de coaching, je deviens consultante en ressources humaines. Intéressant mais je ne me sentais pas vraiment libre. Je ne pouvais pas réellement coacher, j’étais frustrée. J’étais à l’étroit. J’avais envie de voler de mes propres ailes, de décider ce que j’avais vraiment envie de faire, de créer.

Ma 3e étape :

Je me lance, mais pas tout à fait. Je deviens ce qu’on appelle une entrepreneure salariée dans une structure d’économie sociale et solidaire, le temps de murir mon projet et de le démarrer. Je ne me sentais pas non plus vraiment libre de faire comme je le souhaitais. J’avais l’impression de devoir à nouveau rentrer dans un moule, comme lorsque j’étais salariée. Je me sentais à nouveau à l’étroit.

Cette étape m’a permis de trouver ma première identité professionnelle : Art-Coach et pas art thérapeute car j’étais formé au coaching. Je me servais de la peinture comme outil d’accompagnement. Je m’en sers encore parfois.

Ma 4e étape :

Je sors de cette structure et je me lance enfin. Je crée mon entreprise, sans trop savoir où j’allais mais avec la certitude que c’était ce que je devais faire.

J’ai trouvé mes premiers clients autour de moi. J’ai commencé à faire des conférences. C’est de cette façon que mon aventure d’entrepreneure a concrètement démarré.

Ma 5e étape :

Pour faire grandir mon entreprise, 1 an après sa création, je me suis fait accompagnée par une coach en marketing. Mon chiffre d’affaire a vraiment augmenté.

Art-Coach ne me convenait plus. Je sentais un truc à l’intérieur qui avait besoin de se dire. Au contact de nouvelles clientes, Art-Coach s’est transformé en Coach en développement personnel, professionnel et spirituel. Je commençais à assumer ma spiritualité au grand jour.

Suite à un changement de région, j’ai déménagé de la Bourgogne à l’Alsace, à nouveau je sentais ce truc à l’intérieur qui avait besoin de s’exprimer. Coach en développement personnel, professionnel et spirituel ne me correspondait plus.

C’est une de mes consœurs qui m’a révélé ce nouveau moi : « Tu es guide spirituelle. »

Ben oui, c’était tellement évident. Tous ces trucs que je perçois depuis si longtemps. Par contre il n’y a pas d’école pour devenir guide spirituelle. Pour moi, ça a été l’école de la vie, mon parcours de vie.

Waouh, quel changement quand je regarde mon parcours.

Cela n’a pas toujours été simple d’assumer ces différentes identités professionnelles. C’est tellement évident pour moi aujourd’hui.

Depuis que je suis alsacienne, mes dons, mes pouvoirs se développent de plus en plus. Je rends grâce à cette terre magique et sacrée qui m’accueille, Im Elsass.

Dis autrement, je doute de moins en moins. Car j’ai eu des grandes périodes de doute sur mes dons, sur ma place, sur vivre de mon activité.

Aujourd’hui, je me sens pleinement une Entrepreneure de Lumière, une autre manière de dire que je suis une guide spirituelle.

A une période de ma vie, j’aurais aimé trouver un guide sur mon chemin, cela n’a pas été le cas. J’ai découvert certains mystères toute seule. Je me suis toujours guidée toute seule, j’ai ouvert une voie, ma voie, et je continue à grandir, à être enseignée par l’invisible, à évoluer.

J’adore ce que je fais, et mes clients me le rendent bien et ce depuis 5 ans. Je les remercie du fond du cœur. Sans eux, sans elles, je ne serais pas la personne que je suis aujourd’hui.

J’apprends chaque jour et je continue à apprendre, à enseigner, à accompagner, à transmettre les connaissances qui sont les miennes.

Je suis une clé qui permets à des portes de se refermer et à de nouvelles portes de s’ouvrir. Je permets d’ouvrir un passage entre le visible et l’invisible, entre le monde matériel et le monde des mystères, des secrets. Je permets aux personnes que j’accompagne, aux Entrepreneurs de Lumière, d’assumer leurs dons, leur spiritualité afin de prendre pleinement leur place dans ce monde.

Avec amour.

Catherine de l’ArbrOfées

Catherine Collin coach guérisseuse

Ce que mes client(e)s disent de moi :

  • Je suis accueillante, apaisante, à l'écoute, très respectueuse, positive, bienveillante et pétillante.
  • J'accompagne dans un cadre protecteur et sécurisant.
  • Je dégage beaucoup de douceur, grâce à mon sourire, mon regard, ma voix.
  • Je vois toujours le côté positif des choses. 
  • J'aide à faire le deuil de situations difficiles.
  • Je donne de l'énergie. Je guide les âmes.

Je les remercie. Leurs témoignages >>

Que puis-je faire pour vous aider à accepter, à assumer vos dons et votre spiritualité ?

Identifions ce qui vous limite et nous verrons ensemble comment le débloquer

Je réserve ma séance diagnostic offerte de 20 mn