Les voiles de l’Ego

Aujourd’hui j’aimerais vous parler des voiles de l’Ego.

L’Ego, cette partie qui a tendance à nous protéger mais qui nous empêche d’avancer, moi je l’appelle le petit roi, la petite reine, celui qui veut prendre le trône du roi ou de la reine que vous êtes, et qui veut croire que c’est lui qui décide et qui dirige tout, qui contrôle tout. Donc il nous est demandé, il vous est demandé de le remettre à sa place, c'est-à-dire à la place du serviteur qui annonce les personnes qui viennent jusqu’à vous, mais il a juste cette place-là.

Alors on le trouve où, cet Ego ?

Parce qu’on en parle beaucoup. On le trouve dans les quatre plans subtils que sont le plan spirituel, le plan mental, le plan émotionnel et le plan matériel. Eh oui, il existe un Ego spirituel. Je pense aux personnes qui sont déjà dans l’accompagnement et qui peuvent y être confrontées, parce que je suis donc je sais, et c’est une croyance qui est assez limitante, parce qu’en tant qu’accompagnant ou futur accompagnant, chaque personne est un sachant et en même temps un apprenant, et c’est cela qui vous rend plus humble, qui nous rend plus humble.

L'Ego et le corps spirituel

C'est-à-dire que nous avons des droits, mais aussi des devoirs, et nous sommes toujours en chemin, toujours en apprentissage. Donc quand je suis, je suis une partie de la vérité, simplement une partie, la partie qui est mienne. Un sept milliardième, car nous sommes environ sept milliards d’individus, donc vous détenez cette partie de vérité, mais il est important de vous relier au tout pour pouvoir connecter la totalité, et c’est par la Source, c’est elle qui vous guide. Vous n’êtes qu’une partie de la Source.

Donc l’Ego spirituel a tendance à venir titiller quand vous avez lu plein de choses, quand vous avez assisté à plein de conférences, et vous dites : « Moi je sais, moi je sais déjà tout, moi je n’ai plus rien à apprendre, moi je peux tout vous dire, tout vous raconter. » Eh bien là, il se présente, cet Ego spirituel, donc sachez le débusquer et lui dire non, mon chemin d’âme à moi c’est de continuer à apprendre dans l’humilité, et je continue à apprendre.

L'Ego et le corps mental

L’Ego, on le trouve aussi dans le corps mental, dans tous ces moments où cela tourne en boucle. Et ça tourne, et ça tourne, on aimerait bien trouver la clé pour couper, débrancher. Parce que l’Ego va dire : « Je pense, donc je suis. » Mais la pensée n’est pas que la seule connexion à la totalité de qui vous êtes, de l’être. Il y a tout le reste, les autres plans. Donc je pense est important, mais je ne suis pas que pensée, parce qu’il peut y avoir des pensées sombres ou des pensées récurrentes qui peuvent être limitatives. Donc dans le positif, c’est se connecter au savoir, à la connaissance par la bibliothèque akashique par toute cette mémoire qui nous vient de là-haut, et là vous aurez accès directement. Mais simplement dire « Je pense, je pense que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre », ça c’est important. Je suis et je continue d’apprendre.

L'Ego et le corps émotionnel

L’Ego on le trouve aussi dans le corps émotionnel, avec une croyance souvent limitante que vous pouvez entendre, que vous avez pu vous faire sienne, la souffrance fait partie du chemin. Quand vous démarrez dans la vie avec cette croyance-là, c’est dur et c’est ça va être difficile de vous en sortir, de lâcher et d’empêcher l’Ego de venir vous titiller.

Eh bien non, la souffrance ne fait pas partie du chemin. Elle fait partie de l’humanité, mais votre travail d’âme incarnée, c’est de vous libérer de la souffrance. Elle est connectée à l’amour, l’amour de soi, l’amour de vous-même, et le travail il est là. C’est vraiment de lui dire, à l’Ego : « Non, non, la souffrance ça n’est pas le chemin. Si c’est mon chemin aujourd’hui je l’accepte simplement pour que je puisse m’en libérer, pour retrouver l’amour en connexion avec la source divine. » Donc que ce soit au niveau du mental pour le débusquer quand cela tourne, savoir couper, et au niveau de l’émotionnel quand ça pénètre et quand vous sentez que là, vous êtes dans la peur de demain, dans la tristesse de quelque chose que vous n’arrivez pas à lâcher d’hier ou dans la colère par rapport à aujourd’hui, là, vous êtes dans l’Ego émotionnel qui vient vous titiller. A vous de trouver les clés pour lâcher.

En tant que guérisseuse d'âme, j'accompagne mes clientes à trouver leurs clés.

Parlons-en lors d'une séance diagnostic. Nous verrons ensemble de quelle clé de votre trousseau vous avez besoin pour ouvrir la porte qui se présent à vous.

 

L'Ego et le corps physique

Le dernier plan, le plan matériel, le plan matière, l’Ego qu’on trouve dans la matière avec le : « J’ai besoin de beaucoup, beaucoup d’objets, de matière autour de moi pour être bien », ou de l’autre côté : « Je n’ai besoin de rien, absolument rien, aucune matière, et je peux vivre. »

Les deux sont des messages de l’Ego.

Trop de matière, à quoi cela sert ?

Quel est le sens d’accumuler autant de sujets, de supports, de sujets matériels, de vêtements ?

Quand je dis sujet, parce que ce ne sont plus des objets, ils prennent vie, vous avez tellement besoin de trois-quatre téléphones, je n’en sais rien, trois-quatre voitures, trois-quatre je ne sais pas quoi, plein de vêtements, plein de maquillage, plein de nourriture. On peut accumuler tout cela pour avoir l’impression d’exister, mais il faut trouver l’essentiel.

De quoi avez-vous réellement besoin pour être bien, pour vous-même ?

Quand il fait froid, quand il fait chaud, pour ne pas prendre trop de ressources à la terre, c’est important, et dans le côté inverse, nier toute la matière ça n’est pas non plus aidant. L’Ego il est dans ce côté matériel, disant : « Non, non, pas du tout. » L’humain que vous êtes a besoin de nourriture, de manger, d’avoir un toit, d’avoir chaud, d’avoir des vêtements pour protéger son corps physique, donc c’est important d’avoir le minimum pour pouvoir être bien dans son corps physique. Donc je vous invite à être vigilants par rapport à ce que vous possédez en termes d’objets qui deviennent des sujets, des parties de vous, qui sont à l’extérieur, dont vous avez besoin.

Donc l’Ego se promène et dans le corps spirituel, et dans le corps mental, et dans le corps émotionnel, et dans le corps matériel, matière, et votre travail d’incarné c’est d’enlever ces voiles, d’enlever ces couches, d’enlever ces protections pour permettre à l’âge de pouvoir exister, rayonner, être bien, être lumineuse. Donc sachez vous observer avec amour et bienveillance, mais vous observer pour pouvoir aller libérer tout cela, déchirer les voiles pour enfin vous retrouver, vous connaître et vous aimer.

Prenez soin de vous, je vous dis à très bientôt.

Lumineuse journée.

Catherine de l'ArbrOfées

A regarder également :


Et si nous faisions plus amples connaissances ? Contactez-moi pour une séance diagnostic de 20mn offerte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.